Les bonnes pratiques de la consommation énergétique dans les copropriétés

Les bonnes pratiques de la consommation énergétique dans les copropriétés
Mercredi 23 septembre 2020   ·   Gestion locative, Syndic

Deuxième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre en France, le bâtiment est au cœur des préoccupations actuelles du gouvernement pour accélérer notre transition énergétique et ainsi réduire nos émissions de gaz à effet de serre rapidement. Les immeubles d'habitation en copropriété y joue un rôle important notamment, représentant 8 millions de logements construits en France comme l’explique le courtier en énergie spécialisé dans les copropriétés Hopenergie.com.

De nombreuses solutions existent ainsi pour permettre aux propriétaires, copropriétaires et locataires de réduire leur consommation énergétique tout en gardant un bon confort de vie. BRAS immobilier, votre gestionnaire locatif et syndic de copropriété à Nantes Métropole vous donne quelques pistes. 

La consommation énergétique et la consommation d'eau en copropriété

 

La consommation d’eau en immeuble d’habitation

Classiquement, une résidence en copropriété est raccordée au réseau d’eau public sur un compteur général, dont la consommation est facturée annuellement au syndic de copropriété à Nantes qui gère l’immeuble.

La répartition de cette dépense est demandée aux copropriétaires, lors des appels de fonds, sur la base des tantièmes de charges. La consommation réelle est ensuite régularisée en fin d'exercice comptable grâce aux compteurs individuels (si la copropriété en est équipée). 

Sur le total de ce poste, seulement 5% à 10% de la dépense est utilisé pour les parties communes, arrosage des espaces verts compris. 

Si cela dépasse les 10%, il faut vérifier si une fuite n’est pas apparue sur les canalisations et robinetteries dans les cages d’escaliers ou sous-sol. Il faudra dans ce cas, contacter le syndic de copropriété à Nantes ou Rezé en charge de l'immeuble et qui missionnera un plombier pour intervenir au plus tôt. En revanche, lorsque la fuite vient de votre appartement, c’est à vous de prendre contact avec un professionnel afin de régler la situation. Si vous n'occupez pas le logement, vous pouvez demander au locataire en place de vérifier pour vous. 

Pour plus d'informations, nous avons consacré tout un article sur les astuces pour économiser l’eau

 

La consommation d’électricité en copropriété

Que ce soit dans les parties communes comme privatives, la consommation d’électricité peut facilement être réduite grâce à quelques petites astuces. La plateforme Ecowatt en a d’ailleurs fait son cheval de bataille en proposant des défis pour consommer intelligemment l’électricité. 

Ainsi, en partie commune, vous pouvez demander à votre syndic à Nantes d’installer des ampoules basse consommation, des systèmes de minuterie ou encore des détecteurs de présence, permettant ainsi d’agir sur les potentiels oublis. Ces petits changements ont fait leur preuve sur la facture globale énergétique.

Du côté de votre appartement, plusieurs axes sont possibles pour réduire la consommation d’électricité. (Si vous êtes propriétaire non occupant, vous pouvez tout aussi bien appliquer ces astuces dans votre propre logement) :

  • Concernant l’éclairage tout d’abord, optez pour des ampoules basse consommation comme dans les parties communes, et prenez le temps de lister tous les points de lumières que vous avez dans votre logement. Sont-ils réellement nécessaires ? Sont-ils à la bonne puissance ?
  • Ensuite, vous pouvez installer des multiprises avec interrupteurs ou systèmes coupe-veille pour tous les appareils se mettant en veille mais ne nécessitant pas d’être allumés 24h/24 tels que l’ordinateur, la télé, la box internet, etc.
  • Dans la cuisine, essayez autant que possible de ne pas mettre le réfrigérateur près des sources chaudes (four, gazinière…) et pensez à le dégivrer régulièrement (1mm de givre = 10% de consommation en plus). L’utilisation de plaques induction pour la cuisson de vos plats est également encouragée.
  • Enfin, sur l’ensemble des appareils nécessitant un raccordement électrique, privilégiez l’achat de classes A+, moins gourmands en énergie. 

Les mêmes pratiques sont applicables si vous disposez d’un local commercial ou d’un bureau en copropriété. Le comparateur d’énergie pour les professionnels Hopenergie.com peut vous aider à réduire votre facture en optimisant votre contrat d’énergie.

 

La consommation de chauffage en copropriété

L’installation de compteurs individuels est un atout non négligeable pour avoir un juste retour de sa consommation d'énergie lorsque la copropriété est équipe d'un chauffage collectif.

Ces dispositifs responsabilisent chaque habitant, réduisent les factures de 15% à 25%, et permettent au syndic de copropriété de se concentrer sur les données propres aux parties communes. 

En complément, pour renforcer la transparence sur la consommation d’eau chaude sanitaire et de chauffage dans les copropriétés dotées d’une alimentation en chauffage et/ou eau chaude collectives, le décret n° 2020-886 du 20 juillet 2020 prévoit 3 mesures supplémentaires :

  • Si l'immeuble ne possède pas encore de système de comptage individuel, le syndic de copropriété gérant votre résidence devra l’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée Générale pour faire voter d’éventuels travaux pour ce type d’installation (si cela est possible techniquement et si c’est rentable). 
  • Si l'immeuble dispose déjà de relevés individuels, votre syndic à Nantes devra, à partir du 25 octobre 2020, transmettre les modalités de calcul des charges collectives de chauffage de refroidissement et de production d’eau chaude sanitaire à tous les copropriétaires, en même temps que la convocation pour l’Assemblée Générale annuelle (contenu précisé dans les jours prochains par le Conseil d’Etat).
  • Si vous êtes propriétaire avec un locataire en place, vous devrez également lui transmettre ce relévé de consommation. 

De plus, pour continuer de réduire les dépenses de chauffage en copropriété, le syndic peut vous proposer les solutions suivantes : 

  • Baisser le chauffage dans les parties privatives d’1°C seulement. Cela fut prouvé, les économies sont de l’ordre de 7% sur la facture. (Pour rappel, la température idéale préconisée est de 19°C) 
  • Remplacer la chaudière de l’immeuble. Comme tout matériel, si celui-ci est obsolète ou mal entretenu, il devient plus gourmand en énergie. Malgré son coût important, de nombreuses aides existent dorénavant pour faciliter le changement de ces installations
  • Privilégier des matériaux de qualités sur les ouvertures notamment si vous devez remplacer les fenêtres et portes fenêtres de l’immeuble
  • Isoler les plafonds des caves et parking lorsqu'ils se trouvent au-dessous des appartements du rez-de-chaussée

Chez soi (ou pour votre locataire si vous en avez un), des habitudes simples et des bons réflexes à adopter l’hiver dans son logement, permettent de faire des économies considérables sur les factures de chauffage et sur notre impact écologique :

  • Gardez fermées vos ouvertures extérieures ainsi que la porte et les fenêtres situées dans les halls d’immeubles et cages d’escaliers. 
  • N’aérez pas plus de 10 minutes votre logement par jour. 
  • Purgez vos radiateurs chaque année avant l’hiver et utilisez un diffuseur de chaleur pour profiter de l’énergie thermique dans toute la pièce. 
  • Programmez vos chauffages pour qu’ils s’enclenchent lorsque vous êtes près de rentrer et ne fonctionnent pas à plein régime toute la journée.

 

Enfin, un dernier axe est possible pour réduire drastiquement la facture de chauffage en copropriété, il s’agit de l’isolation thermique que nous vous expliquons ci-dessous. 

 

Focus sur la rénovation énergétique en copropriété

 

Moins coûteux qu’une rénovation logement par logement, la proposition de rénovation thermique est rendue obligatoire par le décret n° 2016-711 du 30 mai 2016 pour toute copropriété prévoyant un ravalement de façade ou une réfection de toiture.

Ce décret fait suite à la loi de transition énergétique pour la croissance verte, votée en 2015, qui se donne pour objectif de réduire l’impact écologique de façon significative sur l’ensemble du parc immobilier français à l’horizon 2050. Les grands axes portent sur la réduction de la consommation énergétique (au moyen notamment de la rénovation énergétique) et l’utilisation de matériaux et énergies plus durables voire renouvelables pour la construction.

 

Ainsi, la rénovation thermique est un levier phare de la transition énergétique, mais ce n’est pas son seul atout. En tant que propriétaire et/ou copropriétaire, si vous décidez de réaliser des travaux énergétiques dans votre copropriété à Nantes, vous bénéficierez :

  • D’une meilleure isolation thermique réduisant de fait les charges annuelles associées à ce poste
  • D’un meilleur confort de vie pour vous ou le locataire habitant votre logement
  • D’une augmentation de la valeur de votre patrimoine immobilier !

 

Afin d’encourager les propriétaires à sauter le pas, des aides financières existent pour faciliter la transition énergétique dans les copropriétés à Rezé et dans toute la France. 

BRAS Immobilier, votre syndic à Nantes, N°1 dans la proximité client

Depuis plus de 50 ans, nos équipes sont reconnues pour leur implication et leur professionnalisme dans la gestion des logements et des copropriétés à Nantes Métropole qui nous sont confiées. N’hésitez pas à nous solliciter pour un devis adapté à la gestion de votre immeuble ou pour mettre votre appartement en gestion locative

Autres actualités immobilières

Diagnostics immobiliers tampon

Location immobilière – Quels sont les diagnostics immobiliers obligatoires ?

Lundi 9 Mars 2020

Vous envisagez de mettre en location votre T3 à Nantes ? Sachez qu’en tant que bailleur vous devrez fournir au locataire un ensemble de diagnostics lors de la signature du contrat du bail. Nous vous détaillons les différents diagnostics ci-après. Pour mettre en location un bien, ou si vous êtes en r...

Toute l'actu immobilière